Nouvelle

Ça frappe! Du pur instantané…

Ça frappe — Mercredi 25 mars 2009, 20h30, La Sala Rossa, Montréal

Concert avec lancement de disques avec le duo Elliott Sharp et Antoine Berthiaume et le trio d’improvisateurs Philippe Lauzier, Pierre-Yves Martel et Martin Tétreault. Soirée présentée en collaboration avec la maison de disques DAME (Distribution Ambiances Magnétiques Etc).

Productions SuperMusique en collaboration avec la maison de disques DAME et S.A.L.A. proposent une soirée ancrée dans l’immédiat autour d’un dialogue «guitaristique» entre Elliott Sharp, figure centrale et incontournable de la musique d’avant-garde newyorkaise, et Antoine Berthiaume, jeune musicien montréalais qui n’a pas froid aux yeux. La soirée s’ouvrira avec un trio incandescent d’improvisateurs réunis par Philippe Lauzier. En prime, deux disques, mettant en vedettes les musiciens de ce concert, seront lancés au cours de la soirée. Ça frappe!

Sur scène

Dans des improvisations ouvertes et fulminantes, Sharp et Berthiaume, sollicitent l’imprévu et l’inouï dans la ferveur de l’instant et de l’instinct. Ici pas d’auto censure et l’auditeur se fait complice de l’échange qui se déroule librement devant lui. Imprévisible, le tandem expressionniste fait émerger une musique dense qui n’en est pas moins cohérente. Faisant corps avec leurs six cordes, les deux comparses frottent, pincent, varient les vitesses, amplifient le volume et même les parasites électriques, réinventant leur instrument et faisant d’eux de véritables trafiquants sonores. Une conversation à bâtons rompus et un tête-à-tête musical étonnant et détonnant!

Le trio composé du saxophoniste et clarinettiste Philippe Lauzier, du gambiste Pierre-Yves Martel et du maître du tourne-disque, Martin Tétreault, évoquent quant à eux les ambiances sonores d’une usine désaffectée. Des instrumentistes subtils et ingénieux, à l’approche bruitiste et poétique.

Elliot Sharp

Musicien incontournable de la création musicale d’aujourd’hui, le guitariste Elliott Sharp dirige les projets Orchestra Carbon, Tectonics et Terraplane. Il est un pionnier dans l’application de la géométrie fractale, de la théorie du chaos et des métaphores génétiques à la composition et l’interaction musicales. Parmi ses collaborateurs passés et présents figurent l’Ensemble Modern, le chanteur Nusrat Fateh Ali Khan, le Radio-Sinfonie-Orchester Frankfurt, la chanteuse pop Debbie Harry, les légendaires bluesmen Hubert Sumlin et Pops Staples, les grands jazzmen Jack de Johnette et Sonny Sharrock, le platiniste créatif Christian Marcklay, ainsi que Bachir Attar (leader des Master Musicians of Jahjouka).

Antoine Berthiaume

Membre fondateur du groupe folk/western Rodéoscopique et féru de jazz, le guitariste et compositeur Antoine Berthiaume s’illustre depuis 10 ans sur les scènes des musiques improvisées. Parmi ses collaborateurs, on retrouve Pierre Tanguay, Michel Donato, Fred Frith, Derek Bailey, Takumi Seino et Elliot Sharp. Berthiaume a cinq disques à son actif.

Sur disques

Lancement de deux disques, sur l’étiquette indépendante Ambiances Magnétiques et distribués par DAME:

  • BASE [AM 178], avec Antoine Berthiaume et Elliot Sharp
  • Disparition de l’usine éphémère [AM 181], avec Philippe Lauzier, Pierre-Yves Martel, Kim Myhr et Martin Tétreault.

BASE [AM 178] — Antoine Berthiaume et Elliot Sharp

Premier disque du duo, BASE, propose 11 improvisations qui rappellent les structures et l’intensité de Xenakis. «BASE se construit, se déconstruit et puis se reconstruit en un mur de sons qui va de l’éveil, en passant par l’exploration et vers un concerto final, une sorte de hurlement en syncope des instruments. L’enfer a de quoi nous inquiéter. Soyons sages, tendons l’oreille.» — Serge Abiaad. Plus d’information sur actuellecd.

Disparition de l’usine éphémère [AM 181] — Philippe Lauzier, Pierre-Yves Martel, Kim Myhr et Martin Tétreault

Première parution de ce quatuor qui regroupe des improvisateurs québécois et norvégien de premier plan. En combinant instruments nouveaux et anciens, le groupe évoque avec poésie l’univers sonore d’une usine décatie et abandonnée. Un orchestre polyphonique où tuyaux, pompes, roues, objets, cloches et moteurs se font entendre pour créer une grande machine de sons acoustiques et électroniques. Plus d’information sur actuellecd.

Nouvelle publiée le mercredi 4 mars 2009.