Evan Parker — Est canadien 2011

9 concerts différents dans 8 villes: Toronto, Ottawa, Montréal, Québec, Rimouski, Fredericton, Moncton, Halifax.

En avril 2011, Productions SuperMusique coordonne une tournée dans l’Est du Canada du saxophoniste virtuose britannique Evan Parker. La tournée se compose de huit concerts dans huit villes canadiennes — Toronto, Ottawa, Montréal, Québec, Rimouski, Fredericton, Moncton et Halifax.

Evan Parker est un musicien incontournable de la musique improvisée européenne. Après une carrière musicale de plus de cinquante ans, Evan Parker reste toujours au sommet de son art. La chance de le présenter dans l’Est du Canada est une occasion artistique exceptionnelle.

Toutefois, la partie la plus intéressante de cette visite est que Parker jouera avec des musiciens locaux dans presque chaque ville. Ces collaborations permettront non seulement de refléter les priorités locales de création des musiciens avec qui Evan Parker jouera, mais aussi de tisser des liens au sein de la communauté de la création musicale au Canada. Concert solo, en ensemble, classes de maîtres, ateliers d’improvisation, Evan Parker ne chômera pas pendant son séjour au Canada.

  • Samedi 9 avril 2011

Concert

918 Bathurst
918 Bathurst Street — Toronto

Participants

  • Evan Parker
  • AIMToronto Orchestra
  • Wes Neal
  • Joe Sorbara
  • Halcyon Science (Nicole Rampersaud; Evan Shaw; Jean Martin; Wes Neal; Tomasz Krakowiak)
  • Dimanche 10 avril 2011

Concert

Galerie Saw Gallery
67, rue Nicholas — Ottawa
  • Lundi 11 avril 2011

Concert

Casa del Popolo
4873, boulevard Saint-Laurent (près de l’angle Saint-Joseph)

Participants

  • Evan Parker
  • Wes Neal
  • Joe Sorbara
  • Halcyon Science (Nicole Rampersaud; Evan Shaw; Jean Martin; Wes Neal; Tomasz Krakowiak)
  • Mardi 12 avril 2011
    20h30

Parker + Derome + Hétu + Roger + Tétreault

Evan Parker jouera en solo avant une performance aux côtés de Jean Derome, Joane Hétu, Danielle P Roger, Martin Tétreault. Figure centrale dans le développement de free jazz européen et de l’improvisation libre, Evan Parker ouvre la voie en élargissant considérablement son tableau de techniques vastes. Inspiré à ses débuts par Paul Desmond et le cool jazz, son travail postérieur a été assimilé à l’avant-garde américaine de John Coltrane, Albert Ayler et d’autres. Sa musique des années 1960 et 1970 était dure, brute et troublante, impliquant palpitation et tourbillonnement. Evan Parker est un des joueurs de saxophone pour lesquels la performance solo consacre une partie majeure de son travail. En 1966, il intègre le Spontaneous Music Ensemble, avec John Stevens. Avec la collaboration de Derek Bailey et de Tony Oxley, il fonde la maison de disques Incus en 1970, une des étiquettes les plus importantes pour la musique improvisée. Depuis 1970, il forme un trio avec Alex Schlippenbach et Paul Lovens, une des plus longues collaborations dans l’histoire du Jazz. Son intérêt dans l’électronique l’a fait inviter des collaborateurs comme Phil Wachsmann, Walter Prati ou Lawrence Casserley. Il a collaboré avec de nombreux musiciens, dont Peter Broetzmann, Joe McPhee, Cecil Taylor, Anthony Braxton, Keith Rowe, Kenny Wheeler, John Stevens ou Irene Schweizer.

Jean Derome, Joane Hétu, Danielle P Roger et Martin Tétreault, sont des musiciens et musiciennes qui ont acquis, au cours des vingt dernières années, une compréhension immense et significative du langage de la musique actuelle et sont passés maîtres dans cette discipline.

Présenté en codiffusion avec le Suoni Per Il Popolo.

Casa del Popolo
4873, boulevard Saint-Laurent (près de l’angle Saint-Joseph)
  • Mercredi 13 avril 2011

Concert

Première partie: Isaiah Ceccarelli.

Coproduction Tartare et Ample

Café-bar L’Agitée
251, rue Dorchester (angle Prince-Édouard) — Québec
  • Vendredi 15 avril 2011

Concert

Tour de Bras présente Evan Parker + le GGRIL (Grand Groupe Régional d’Improvisation Libre) + Éric Normand, et Scott Thomson en duo (en première partie)

Coopérative de solidarité Paradis
274, rue Michaud — Rimouski
  • Dimanche 17 avril 2011

Concert

Evan Parker solo

Gallery Connexion — Chestnut Complex
440 York Street — Fredericton
  • Lundi 18 avril 2011

Concert

Evan Parker solo présenté par Festival Re:Flux

Temple libre
20, chemin Mountain — Moncton
  • Mardi 19 avril 2011

Concert

Suddenly Listen présente Evan Parker solo + deuxième partie avec des musiciens d’Halifax

Studio 21 Fine Art
1223 Lower Water Street — Halifax

Dossier de presse

Evan Parker ne fait pas son âge

Par Alain Brunet in La Presse (Québec), 10 avril 2011
… on ne peut plus vraiment réduire Evan Parker à l’étiquette de jazzman d’avant-garde. En témoignent ses participations récurrentes avec des artistes associés à d’autres mouvances comme l’excellent bassiste Squarepusher, associé à la musique électronique anglaise.

Evan Parker, 67 ans, est un authentique pionnier du jazz contemporain, mais refuse de surfer exclusivement sur ce patrimoine.

Associé à la première frange du free jazz européen qui suivit de près la New Thing, fameux laboratoire américain de la musique improvisée au tournant des années 60, le saxophoniste, compositeur et improvisateur sévit surtout sur le Vieux Continent… bien qu’il fréquente le Nouveau Monde depuis belle lurette.

«Mon premier passage à Montréal remonte à 1978. J’avais été invité dans un musée montréalais d’art moderne par l’artiste visuel et mélomane Raymond Gervais, aussi associé à l’excellent magazine Parachute à cette époque», se souvient le musicien londonien et originaire de Bristol. Visiblement, la mémoire vive n’a pas décliné! Le disque dur risque en outre d’être utilisé à bon escient, ce soir et demain à la Sala Rossa.

Ces concerts s’inscrivent dans le cadre d’une tournée répartie dans huit villes canadiennes: Toronto, Ottawa, Montréal, Québec, Rimouski, Fredericton, Moncton et Halifax, le tout coordonné par les Productions SuperMusique.

Ce lundi, Evan Parker se produira avec les musiciens canadiens de l’ensemble AIMToronto - Wes Neal, contrebasse, Joe Sorbara, batterie, Evan Shaw, saxophone alto, Nicole Rampersaud, trompette, Jean Martin, batterie, ordinateur; Tomasz Krakowiak, percussion. Mardi, des Montréalais associés à l’Ensemble SuperMusique se joindront à lui — Jean Derome, flûtes, saxes, objets, Joane Hétu, voix, saxophone alto, Danielle Palardy Roger, percussion, Martin Tétreault, platines. Le saxophoniste entamera ce deuxième programme montréalais par une prestation en solo.

Il résume les programmes:

«Il y a deux ans, j’ai joué en trio avec le noyau de l’ensemble torontois. Ces musiciens ont mis le temps nécessaire pour mettre sur pied un projet plus considérable. L’occasion est venue de nous lancer, tout en incorporant des interventions individuelles à ces propositions. Ainsi, je suis invité à collaborer à leur travail en tant que soliste.»

Quant au second soir avec Jean Derome, la surprise risque d’être encore plus grande pour Evan Parker:

«Je connais une part de la musique de Jean, nous avons échangé nos musiques respectives au fil du temps, mais je ferai la connaissance des autres musiciens sur place. Pour moi, de tels projets sont plus qu’acceptables, car la musique que je pratique relève d’une implication collaborative. Partout dans le monde, cette communauté de musiciens est ouverte à de nouvelles rencontres. Ces occasions sont idéales pour échanger de nouvelles idées.»

En progression lente depuis un demi-siècle, le jazz contemporain et ses extrapolations récentes joignent un public mélomane et pointu. Le buzz est toutefois assez considérable pour que la Sala Rossa attire les fans d’Evan Parker deux soirs consécutifs.

Partout pareil?

«Tout dépend où vous vous trouvez. De nos jours, cette musique évolue très rapidement en Scandinavie, par exemple. Très vite aussi en Espagne et au Portugal, alors qu’on constate un ralentissement en Italie. La scène anglaise, elle apprend à vivre sans aucun financement public… Il est d’ailleurs étonnant que des musiciens viennent encore s’installer à Londres, la vie y est si chère! On peut donc comprendre que plusieurs choisissent plutôt Berlin. Cela dit, il y a encore de très bons échanges entre Paris, Berlin, Amsterdam, toujours les principales villes d’Europe pour cette musique.»

Quant à l’évolution formelle, elle est palpable, affirme notre interviewé.

«Je viens de la tradition du jazz contemporain, je suis heureux d’en provenir et de m’y replonger régulièrement, mais je crois aussi que j’explore d’autres avenues qui n’ont plus grand-chose à voir avec l’idée qu’on se fait du jazz. Les choses ont beaucoup évolué au cours des dernières années, les musiques improvisées, contemporaines et électroacoustiques ont fait du chemin ensemble. L’accessibilité des nouvelles technologies, je crois, y est pour quelque chose.»

Ainsi, on ne peut plus vraiment réduire Evan Parker à l’étiquette de jazzman d’avant-garde. En témoignent ses participations récurrentes avec des artistes associés à d’autres mouvances comme l’excellent bassiste Squarepusher, associé à la musique électronique anglaise.

«Je vois mon propre cheminement comme une bibliothèque de possibilités, fait-il valoir. Il me faut toujours trouver la meilleure approche pour maximiser ma participation à chaque contexte de création. Mon travail consiste à trouver les réponses valables avec les outils qui me sont familiers. Trouver la combinaison idéale des matériaux sonores pour y parvenir.»

Cet homme qui cherche ne fait pas son âge, est-il besoin de l’ajouter.

Jazz — Franz Kafka, Evan Parker et Jean Derome

Par Serge Truffaut in Le Devoir (Québec), 9 avril 2011
Jean Derome, saxophoniste, compositeur, artiste qui mérite le triple AAA de Moody’s et compagnie.

Trois nouvelles écrites par Franz Kafka, les trois dernières pour être exact, les déchirements sonores du saxophoniste britannique Evan Parker, réputé pour être un des meilleurs improvisateurs de la planète Terre, un nouvel album en trio qui s’avère la contradiction de la petite œuvre et un dénominateur commun tout en chair: Jean Derome, saxophoniste, compositeur, artiste qui mérite le triple AAA de Moody’s et compagnie.