Derome / Hétu + Quatuor Bozzini: Le mensonge et l’identité

Montréal / Nouvelles Musiques 2011
  • Monday, February 21, 2011
    8:00 pm
Agora de la danse
840, rue Cherrier
métro Sherbrooke
Partition écrite à quatre mains commandée et crée dans le cadre du Forum Neuer Musik en Allemagne. En reprise!

Cette partition, écrite à quatre mains par le duo Derome-Hétu, a été commandée et créée en 2008, dans le cadre du Forum Neuer de la Deutschlandfunk, par le Quatuor Bozzini, une célèbre famille de cordes dont l’engagement dans la création n’est plus à défendre. Abordant la thématique politique de la cohabitation des différences, cette pièce pour quatuor à cordes, implique que les instrumentistes parlent sur scène (dans quatre langues différentes), se déplacent, improvisent et s’accompagnent eux-mêmes à l’aide d’une bande sonore. Présentée à Cologne, Vienne, Vancouver et une seule fois à Montréal, c’est avec un immense plaisir que Productions SuperMusique et le Quatuor Bozzini s’associent au Festival Montréal Nouvelles Musiques pour prolonger la vitalité de cette œuvre.

Présenté en coproduction avec le Festival MNM et le Quatuor Bozzini.

Après le concert, le public est invité au Café de l’Agora de la danse pour le lancement du disque compact du Quatuor Bozzini: Le mensonge et l’identité sur l’étiquette DAME/Collection QB (CQB 1110).

Programme

  • string quartet and stereo fixed medium
    Commission: Quatuor Bozzini, with support from the CCA and CALQ
    • 1. 1er mouvement
      • 1. Le relais
      • 2. Demi-vérité A
      • 3. Demi-vérité B
      • 4. La nouvelle — Joane
      • 5. Identité 1
      • 6. ADN-Spirales
      • 7. Identité 2
      • 8. La nouvelle — Jean 1
      • 9. Demi-vérité C et D
      • 10. Appartenir I
      • 11. La nouvelle — Jean 2
      • 12. Appartenir II
      • 13. Demi-vérité F
      • 14. Appartenir III
      • 15. Demi-vérité E
      • 16. Le mensonge
      • 17. 4 solos violents
      • 18. ADN-Montée
      • 19. Demi-Vérité V
    • 2. 2e mouvement
      • 1. Pulsations
      • 2. 38 pièces
      • 3. Shiatsu
      • 4. Mélopées d’ADN
    • 3. 3e mouvement
      • 1. 16 lutrins
      • 2. ADN-Folklore
    • p 1 / 55
    • p 2 / 55
    • p 3 / 55
    • p 4 / 55
    • p 5 / 55
    • p 6 / 55
    • p 7 / 55
    • p 8 / 55
    • p 9 / 55
    • p 10 / 55
    • p 11 / 55
    • p 12 / 55
    • p 13 / 55
    • p 14 / 55
    • p 15 / 55
    • p 16 / 55
    • p 17 / 55
    • p 18 / 55
    • p 19 / 55
    • p 20 / 55
    • p 21 / 55
    • p 22 / 55
    • p 23 / 55
    • p 24 / 55
    • p 25 / 55
    • p 26 / 55
    • p 27 / 55
    • p 28 / 55
    • p 29 / 55
    • p 30 / 55
    • p 31 / 55
    • p 32 / 55
    • p 33 / 55
    • p 34 / 55
    • p 35 / 55
    • p 36 / 55
    • p 37 / 55
    • p 38 / 55
    • p 39 / 55
    • p 40 / 55
    • p 41 / 55
    • p 42 / 55
    • p 43 / 55
    • p 44 / 55
    • p 45 / 55
    • p 46 / 55
    • p 47 / 55
    • p 48 / 55
    • p 49 / 55
    • p 50 / 55
    • p 51 / 55
    • p 52 / 55
    • p 53 / 55
    • p 54 / 55
    • p 55 / 55

In the press

Critique

Marie-Hélène Brousseau, Le Lien multimédia, February 22, 2011

Le Quatuor Bozzini, invité au Forum Neuer Musik 2008 de la Deutschlandfunk de Cologne à explorer le thème de l’influence des artistes d’avant-garde sur la politique, avait alors demandé à Joane Hétu et Jean Derome de composer une œuvre à partir de cette thématique. De cette collaboration est née une pièce en trois mouvements mettant en scène quatre musiciens qui dépassent graduellement les limites de leurs propres rôles pour explorer de nouvelles zones de liberté. Le mensonge et l’identité est représentée cette année dans le cadre de Montréal/Nouvelles Musiques 2011.

Le duo Derome/Hétu compose et joue ensemble depuis plus d’une quinzaine d’années. Ces saxophonistes, pionniers de la musique actuelle, accordent en création comme sur scène une place prépondérante à l’improvisation. Fidèles à une méthode qui stimule les parts de spontanéité et d’unicité des musiciens, ils ont travaillé avec le quatuor pendant toute la période de composition. Joane Hétu explique: «Pour nous, c’était clair qu’il y aurait de l’impro, ce qui n’était pas la ligne directrice du Quatuor Bozzini, qui fait plutôt de la musique contemporaine. Ils y étaient ouverts et intéressés, mais pas habitués. Pendant huit mois, nous avons dirigé des ateliers d’improvisation avec les musiciens pour leur donner des pistes et pour les habituer à une écoute périphérique. Nous enregistrions les impros, puis nous travaillions de notre côté la structure de la pièce, qui s’est bâtie tranquillement.»

Dans Le mensonge et l’identité, au départ, le quatuor à cordes semble conventionnel. Puis, progressivement, les musiciens se mettent à parler et à bouger sur scène tout en jouant des sections de plus en plus improvisées. Vers la fin de l’œuvre, seize lutrins sont accessibles aux interprètes, seize positions qu’ils peuvent prendre à leur gré pour jouer les partitions écrites ou les consignes d’improvisation qui s’y trouvent. Pour Jean Derome, «en plus d’une progression vers plus de liberté, il est étonnant de voir des musiciens classiques prendre la parole.» Joane Hétu précise comment la direction de la pièce a été influencée par la thématique d’origine: «Cette forme correspondait aussi à notre vision politique. On part d’une société très hiérarchisée où chacun a son rôle, comme dans un quatuor à cordes. Puis chaque participant devient de plus en plus indépendant et occupe des rôles différents du rôle traditionnel relié à son propre instrument, pour en arriver à la fin à une certaine forme d’anarchie qui ne touche pas le cahos. Même si chaque personne devient complètement indépendante, choisit quand elle veut faire des interventions, il reste que cela demeure musical. C’est aussi le reflet de notre société. On est tenu de cohabiter avec toutes sortes de gens. (…) Et il y a un plaisir à prendre nos libertés et à accepter la liberté des autres.»

Fondé en 1999, le Quatuor Bozzini est composé d’Isabelle Bozzini (violoncelle), Stéphanie Bozzini (alto), Charles-Étienne Marchand (violon) et Clemens Merkel (violon). Le mensonge et l’identité est présenté le 21 février à 20h à l’Agora de la danse.

Le mensonge et l’identité, une métaphore musicale où libertés individuelles et harmonie font bon ménage.