Coupure de presse

La vie, c’est du sport!

Par Catherine Perrey in Ici Montréal (Québec), 7 mars 2002

Jean Derome nous entraine dans son sillage, entre canot-camping et portages. Il ne nous laissera pas deriver.

Jean Derome a recu le Prix Opus, Rayonnement à l'étranger, édition 2001. Comme quoi, il faut du temps pour se faire entendre! Plus souvent en concert de l'autre côté de l'Atlantique qu'ici même, Derome serait-il enfin reconnu chez lui? On ne s'attardera pos trop sur la question…

On parlera plutôt d'expédiffon aquatique. Canot camping, c'est le résultat d'un travall réalisé avec 11 improvisateurs, de vrais boyscouts de l'improvisaffon. D'ailleurs, I'album Canot camping: expédition 4 a été composé pour «11 personnes et non pour 11 instruments.» Onze personnes vivantes. C'est-à-dire capables de répondre du tac au tac aux stimulations auditives. Sans frontière entre l'interpréte et la personne à la direction musicale. Ce qui est typique de la démarche de Jean Derome: «L'interpréte est trés important, et justement, comme un prisme, il capte la lumière. Dès les premières notes de Canot-camping, ce qui fait la force de cet ensemble, c'est justement le poids de la métaphore. Métaphore pour pluie, vent, courants. Métaphore pour nuit, étoiles, tente.

Une dynamite intérieure

«J'essaye de les pousser exactement dans la chose où ils sont bons, et d'autres fois de les mettre exactement dans des situations où ils vont être déséqulilbrés», poursuit Jean Derome, avec un petit sourire narquois. Et c'est ça qu'une connaissance, disons Intime, des interprètes permet.

Dans une relation classique direction musicale-interprètes, cela risque de chambouler radicalement la concepffon de la pièce. Ici, tout est fonction de la relation «climatique. (s'il pleut ou s'il vente) entre Jean Derome et ses interprètes. On part d'un point A, mais c'est pour arriver au point Z, et les dérives sont donc trés controlées. Et surtout, ça laisse une trés grande responsabilité à chacun des musiciens. «En improvisation, c'est à chacun d'être conscient de l'ensemble, il y a des décislans trés, trés rapides qui doivent se prendre.» Avant de couler à pic avec les musiciens!

Voici comment 20 années de pratique de canot-camping ont irrigué la pensée de Jean Derome: «Dans le canot-camping, ce que j'aime comme thémathique, c'est l'aspect anecdotique. Ça rejoint les gens sur une base trés simple: le courrant, les champs, les changements de climat, les possibilités. Les possibilités de façonner, par des signes, avec les musiciens, puis de passer trés rapidement d'une chose à l'autre. La pièce est une mosaïque de petits mouvements. Mais l'ordre n'est pas nécessairement prédéterminé, on peut complétement changer le cours de l'expédition.» Tout est dit.